Explore Distance, Le Voir, and more!

N'étant pas fan des étrangères, encore moins nippones, celle-ci me tapa dans l’œil immédiatement. Jolie, peu chère, une bouille sympa et qui plus est un diesel d'enfer. La Fiat à l'agonie, fut avantageusement remplacée par Miss Tokyo. Un véritable blindé, spacieuse et bien équipée, un plaisir de tailler la route, dure mais jamais usante, elle avalait les distances sans broncher. Madame en prenait grand soin jusqu'au jour où un fangio la vue basse loupa un virage et bye madame Kimono. RIP.

N'étant pas fan des étrangères, encore moins nippones, celle-ci me tapa dans l’œil immédiatement. Jolie, peu chère, une bouille sympa et qui plus est un diesel d'enfer. La Fiat à l'agonie, fut avantageusement remplacée par Miss Tokyo. Un véritable blindé, spacieuse et bien équipée, un plaisir de tailler la route, dure mais jamais usante, elle avalait les distances sans broncher. Madame en prenait grand soin jusqu'au jour où un fangio la vue basse loupa un virage et bye madame Kimono. RIP.

Acquise un peu avant la C2 ph 1, cette C3 remplaça la Xsara pour entamer la série des C qui dure encore partiellement. Une très jolie occasion, au kilométrage nul, souple douce à maitriser. Pas un immense plaisir mais une voiture sérieuse, sécure et légère... Trop légère : un chien, trois tonneaux plus tard Madame sans dessus dessous et la belle bleue en route pour la casse.

Acquise un peu avant la C2 ph 1, cette C3 remplaça la Xsara pour entamer la série des C qui dure encore partiellement. Une très jolie occasion, au kilométrage nul, souple douce à maitriser. Pas un immense plaisir mais une voiture sérieuse, sécure et légère... Trop légère : un chien, trois tonneaux plus tard Madame sans dessus dessous et la belle bleue en route pour la casse.

Vous la reconnaissez ? Le dernier échec ne nous a pas vacciné, encore une course au garage et une jumelle qui nous tend les bras. État identique à la sœur décédée, que dire de plus, c'était l'exacte copie conforme, hormis la livrée pour la différence et le souvenir. Ah, mais si, il y a une énorme évolution, la boule a survécu aux mains de Madame et devint la première voiture du fiston... Elle roule encore aujourd'hui.

Vous la reconnaissez ? Le dernier échec ne nous a pas vacciné, encore une course au garage et une jumelle qui nous tend les bras. État identique à la sœur décédée, que dire de plus, c'était l'exacte copie conforme, hormis la livrée pour la différence et le souvenir. Ah, mais si, il y a une énorme évolution, la boule a survécu aux mains de Madame et devint la première voiture du fiston... Elle roule encore aujourd'hui.

Mois crucial, la R19 était partie dans la plénitude du nord charentais, il nous fallait trouver une remplaçante d'urgence, peu chère, récente et polyvalente. Alors que nous faisions les boutiques, nous fumes attirés par la framboise éclatée, spacieuse, économique, un faible kilométrage et une bouille riante. Madame s'appropria le fruit mûr et quelques tour du monde, un embrayage et 2 courroies de distribution plus tard... on oublia la verrue.

Mois crucial, la R19 était partie dans la plénitude du nord charentais, il nous fallait trouver une remplaçante d'urgence, peu chère, récente et polyvalente. Alors que nous faisions les boutiques, nous fumes attirés par la framboise éclatée, spacieuse, économique, un faible kilométrage et une bouille riante. Madame s'appropria le fruit mûr et quelques tour du monde, un embrayage et 2 courroies de distribution plus tard... on oublia la verrue.

La R4 ayant atteint la limite d'âge, je fis ce cadeau à madame. Ne parlons pas du prix, elle était d'un rouge passé au delà du raisonnable mais l'ami garagiste qui la vendait lui fit une cure de jouvence style sortie d'usine. Peinture lustrée, intérieur shampouiné, elle ronronnait comme un chat, une voiture neuve... Elle ne le resta guère, après quelques mois, un accident dont je ne connaitrai jamais les circonstances transforma la belle en épave huileuse . Monsieur le casseur nous voilà...

La R4 ayant atteint la limite d'âge, je fis ce cadeau à madame. Ne parlons pas du prix, elle était d'un rouge passé au delà du raisonnable mais l'ami garagiste qui la vendait lui fit une cure de jouvence style sortie d'usine. Peinture lustrée, intérieur shampouiné, elle ronronnait comme un chat, une voiture neuve... Elle ne le resta guère, après quelques mois, un accident dont je ne connaitrai jamais les circonstances transforma la belle en épave huileuse . Monsieur le casseur nous voilà...

Avant que la Fiat ne rende l'âme après une vie de labeur sans pareil, nous faisions chacun une telle quantité de kilomètres qu'il urgeait de trouver un véhicule de dépannage. Une troisième carte grise voulait dire petit prix, petite voiture, capable d'être réquisitionnée à tout moment. Le baudet arriva au foyer, on ne sait plus comment. Elle fit son travail, elle souffrit, elle servit sans broncher et repartit comme elle était venue, nul ne sait où ni quand.

Avant que la Fiat ne rende l'âme après une vie de labeur sans pareil, nous faisions chacun une telle quantité de kilomètres qu'il urgeait de trouver un véhicule de dépannage. Une troisième carte grise voulait dire petit prix, petite voiture, capable d'être réquisitionnée à tout moment. Le baudet arriva au foyer, on ne sait plus comment. Elle fit son travail, elle souffrit, elle servit sans broncher et repartit comme elle était venue, nul ne sait où ni quand.

La R9 partie, je lorgnais depuis longtemps sur cette bombasse. Ce côté pépère, ce moteur loufoque, on ne parlait plus sobriété mais bête. Le moteur R21 poussait, la tenue de route de la GT faisait le reste. Une bête dis-je. Elle tint son rang jusqu'à la maladie : déformation congénitale du carbu. On ne parlait plus de kyste mais bien d'un cancer en phase finale. Carburateur à changer, hors de prix, elle resta chez le doc. qui en fit ce qu'il voulait.

La R9 partie, je lorgnais depuis longtemps sur cette bombasse. Ce côté pépère, ce moteur loufoque, on ne parlait plus sobriété mais bête. Le moteur R21 poussait, la tenue de route de la GT faisait le reste. Une bête dis-je. Elle tint son rang jusqu'à la maladie : déformation congénitale du carbu. On ne parlait plus de kyste mais bien d'un cancer en phase finale. Carburateur à changer, hors de prix, elle resta chez le doc. qui en fit ce qu'il voulait.

La C2 destinée au change, je me mis à haïr Citroën qui venait d'abandonner lâchement ce modèle sans la remplacer. La nouvelle C3 venait de sortir, tel fut mon choix dans l'espoir de retrouver mes sensations perdues, la peine le fut aussi. Disparus le confort moelleux, la raideur progressive, l'agrément d'une tenue de route impeccable. Cette voiture est la banalité dans toute sa tristesse. Un an et don à Madame qui méritait bien une voiture neuve...Non, je ne me suis pas déchargé...

La C2 destinée au change, je me mis à haïr Citroën qui venait d'abandonner lâchement ce modèle sans la remplacer. La nouvelle C3 venait de sortir, tel fut mon choix dans l'espoir de retrouver mes sensations perdues, la peine le fut aussi. Disparus le confort moelleux, la raideur progressive, l'agrément d'une tenue de route impeccable. Cette voiture est la banalité dans toute sa tristesse. Un an et don à Madame qui méritait bien une voiture neuve...Non, je ne me suis pas déchargé...

Quelques semaines après la Fiat, la R9 blanche ayant dépassé la date de péremption, je me trouvais fort dépourvu quand je me souvins de ce moustique aperçu lors de l'achat de la framboise. Tout de go je la négociais avantageusement et me retrouvais possesseur d'un chameau diesel fort agréable, à ma dimension et d'une robustesse mécanique sans égal, exceptés la boîte qui partit rejoindre la fonderie. Que dire du doux regret de la faufilante hormis qu'elle fit son temps.

Quelques semaines après la Fiat, la R9 blanche ayant dépassé la date de péremption, je me trouvais fort dépourvu quand je me souvins de ce moustique aperçu lors de l'achat de la framboise. Tout de go je la négociais avantageusement et me retrouvais possesseur d'un chameau diesel fort agréable, à ma dimension et d'une robustesse mécanique sans égal, exceptés la boîte qui partit rejoindre la fonderie. Que dire du doux regret de la faufilante hormis qu'elle fit son temps.

The last & the least... La C3 quittée, oubli de maudire Ciroën pour l'abandon de la C2. Seulement, plus aucun petit diesel Français hormis la Twingo (made in Slovenia ? ) et, en raison de la crise, interdit d'acheter étranger. La petite était sympa, mais que de défauts, d'erreurs conceptuelles et malgré l'agrément de conduite, au fil des kms et des tracas, nait l'insidieuse déception. Le flash d'achat se transforme peu à peu en rejet. J'aurais pu l'aimer, mais trop, c'est trop. Vive la…

The last & the least... La C3 quittée, oubli de maudire Ciroën pour l'abandon de la C2. Seulement, plus aucun petit diesel Français hormis la Twingo (made in Slovenia ? ) et, en raison de la crise, interdit d'acheter étranger. La petite était sympa, mais que de défauts, d'erreurs conceptuelles et malgré l'agrément de conduite, au fil des kms et des tracas, nait l'insidieuse déception. Le flash d'achat se transforme peu à peu en rejet. J'aurais pu l'aimer, mais trop, c'est trop. Vive la…

L'AX m'avait tant plu que je ne pus réprimer l'envie de retrouver une remplaçante à la hauteur et quoi de mieux qu'une évolution de celle-ci. Le 1.5 l Diesel toujours aussi robuste, un confort irréprochable, une praticité à toute épreuve et toujours aussi peu gourmande. Cerise sur le gateau la Saxo fut ma première voiture neuve. Elle en a vu du bitume, fidèle, courageuse, si ce n'est son triste blanc et sa banalité esthétique, un vrai bijou qui me transforma en adepte jusqu'à son héritière.

L'AX m'avait tant plu que je ne pus réprimer l'envie de retrouver une remplaçante à la hauteur et quoi de mieux qu'une évolution de celle-ci. Le 1.5 l Diesel toujours aussi robuste, un confort irréprochable, une praticité à toute épreuve et toujours aussi peu gourmande. Cerise sur le gateau la Saxo fut ma première voiture neuve. Elle en a vu du bitume, fidèle, courageuse, si ce n'est son triste blanc et sa banalité esthétique, un vrai bijou qui me transforma en adepte jusqu'à son héritière.

Remplaçante de la R5L, elle fut achetée une bouchée de pain à cause d'une boîte de vitesse moribonde. Boîte changée pour celle d'une Express D, elle devint ma voiture, la R19 changea de main. Relativement sobre pour une bonne puissance et un très bon confort. Je l'appréciait beaucoup jusqu'au jour où un macadam récent lui fit faire une glissade qui se termina par l'embrassade d'une boule d'attelage entre les deux longerons. 1er et seul accident à ce jour, fin de l'histoire.

Remplaçante de la R5L, elle fut achetée une bouchée de pain à cause d'une boîte de vitesse moribonde. Boîte changée pour celle d'une Express D, elle devint ma voiture, la R19 changea de main. Relativement sobre pour une bonne puissance et un très bon confort. Je l'appréciait beaucoup jusqu'au jour où un macadam récent lui fit faire une glissade qui se termina par l'embrassade d'une boule d'attelage entre les deux longerons. 1er et seul accident à ce jour, fin de l'histoire.

Un bébé annoncé, il nous fallait une voiture sérieuse pour que la Visa se repose. N'ayant pas les moyens pour un diesel, nous nous tournâmes vers une voiture récente. Ce fut la voiture des mariés, le klaxon s'en enroua. Sobre et agréable nous l'avons amené à l'usure maximum de ses 300 000 Km. Vendue pour... on ne sait pas trop.

Un bébé annoncé, il nous fallait une voiture sérieuse pour que la Visa se repose. N'ayant pas les moyens pour un diesel, nous nous tournâmes vers une voiture récente. Ce fut la voiture des mariés, le klaxon s'en enroua. Sobre et agréable nous l'avons amené à l'usure maximum de ses 300 000 Km. Vendue pour... on ne sait pas trop.

Finance en baisse, il fallait pourvoir d'urgence au remplacement de la 5GTX. Le hasard me fit tomber sur cette R9. Âgée mais très propre, moins chère qu'une mobylette, je sautais sur l'occasion. Je dois avouer qu'elle n'avait rien d'un bolide mais jamais à la peine, elle a rempli son rôle au dessus de nos espérances. Cardan claquant, roulement ronronnant, je compris qu'on approchait de la fin et en fit cadeau à un voisin dans la peine.

Finance en baisse, il fallait pourvoir d'urgence au remplacement de la 5GTX. Le hasard me fit tomber sur cette R9. Âgée mais très propre, moins chère qu'une mobylette, je sautais sur l'occasion. Je dois avouer qu'elle n'avait rien d'un bolide mais jamais à la peine, elle a rempli son rôle au dessus de nos espérances. Cardan claquant, roulement ronronnant, je compris qu'on approchait de la fin et en fit cadeau à un voisin dans la peine.

Suite à la destruction massive de la Corolla, un samedi à courir les garages pour trouver l'idéal dont nous avions tracé les grands traits : confort, espace, puissance, âge et fiabilité. Une Xsara 1.8i, suite aux tractations d'usage, nous partîmes vers de grandes balades, elle glissait au son de nos musiques préférées et berçait les enfants grandissant. Elle aspirait les Kms comme on suce une glace moelleuse. La séparation fut douloureuse mais vieillesse et conso dictèrent le divorce.

Suite à la destruction massive de la Corolla, un samedi à courir les garages pour trouver l'idéal dont nous avions tracé les grands traits : confort, espace, puissance, âge et fiabilité. Une Xsara 1.8i, suite aux tractations d'usage, nous partîmes vers de grandes balades, elle glissait au son de nos musiques préférées et berçait les enfants grandissant. Elle aspirait les Kms comme on suce une glace moelleuse. La séparation fut douloureuse mais vieillesse et conso dictèrent le divorce.

Les qualités de la première C2, altérées par un kilométrage hors norme et la fin de garantie me poussèrent vers la suivante. Entre temps la forme avait un peu évolué et je voulais plus de gaité, le gris m'affligeait. Ce fut un rouge éclatant, je souriais de la voir pimpante et toujours le même plaisir au volant, toujours les mêmes sensations de sérieux, de confort et son estomac d'oiseau. Mêmes causes, même souffrance lors de la cession...

Les qualités de la première C2, altérées par un kilométrage hors norme et la fin de garantie me poussèrent vers la suivante. Entre temps la forme avait un peu évolué et je voulais plus de gaité, le gris m'affligeait. Ce fut un rouge éclatant, je souriais de la voir pimpante et toujours le même plaisir au volant, toujours les mêmes sensations de sérieux, de confort et son estomac d'oiseau. Mêmes causes, même souffrance lors de la cession...

Pinterest
Search